Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.

16 avril 2019

Après 6 ans d'atermoiements, les travaux sont enfin lancés. Vous n'y croyiez plus ? C'est forcément vrai, c'est dans le journal !

La base nautique communautaire va bénéficier de travaux de restauration et d’extension pour améliorer l’accueil du public et des usagers.

 

La semaine dernière, Joël Le Besco, vice-président de la communauté de communes de Bretagne Romantique (CCBR), en charge des équipements et des bâtiments communautaires ; Alain L’Honor, responsable technique de la CCBR ; Jean-Yves Chasle, président du club de kayak, CKC3R, et les représentants des entreprises en charge de la réalisation des travaux se sont réunis pour le lancement de l’extension de la base nautique de canoë-kayak.

Un budget de 115 000 €.

« Il s’agit de la construction d’un garage abri à bateaux de 88 m2 construit à proximité du bâtiment actuel et en accès direct avec le canal », note Joël Le Besco. Les objectifs de ces travaux sont divers : améliorer l’accueil du public, disposer d’un stockage sécurisé pour les embarcations, offrir un meilleur confort de travail, en limitant la manipulation du matériel pour les pratiquants, grâce à la proximité directe avec le canal.

Cette extension s’accompagne également de travaux de rénovation et d’isolation du bâtiment existant, qui vont être réalisés afin de réduire la facture énergétique et d’améliorer le confort pour les usagers. Le parc de canoë-kayak va être également renouvelé avec l’acquisition de nouveaux équipements. « Le montant de l’investissement total s’élève à 115 000 € pour l’ensemble. Ces travaux font l’objet d’une subvention à hauteur de 75 % du coût, par le Département, via le contrat de territoire (50 000 € HT) et la Dotation de soutien à l’investissement local (25 500 € HT) ». Ces travaux vont débuter dans les prochains jours et devraient s’achever courant de l’été 2019.

☞ Lire l'article en ligne de Ouest-France